skip to Main Content

ASSÉ

L’AFESH est membre de l’ASSÉ depuis 2004.

Historique et principes de base

L’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) est une organisation de type syndical à l’échelle du Québec. Elle incarne à l’heure actuelle la continuité d’un courant qui a fait du mouvement étudiant, depuis cinquante ans, un acteur de premier plan dans la société québécoise et un important agent de progrès social en éducation.

Depuis sa fondation en 2001, l’ASSÉ a mené bon nombre de campagnes sur l’éducation mais aussi sur des sujets touchant l’ensemble de la société (droits sociaux, féminisme, altermondialisme, etc.). En 2005, diverses associations non affiliées se sont rassemblées autour de l’ASSÉ au sein de la Coalition de l’ASSÉ élargie (CASSÉE). Cette coalition a permis aux associations indépendantes d’avoir une véritable voix au sein de l’organisation progressiste dans le cadre de la lutte contre la réforme de l’aide financière aux études. L’ASSÉ poursuit depuis ce jour sa mission d’information et de mobilisation au sein de la population étudiante du Québec sur les enjeux relatifs à l’éducation.

L’ASSÉ considère l’éducation comme un droit fondamental, et non comme un privilège. Selon cette analyse, toute personne a droit à une éducation gratuite, publique et de qualité. L’ASSÉ met de l’avant une série de revendications académiques pour faire de l’enseignement prodigué un outil de progrès social et de réflexion autonome. Cette lutte pour une démocratisation de l’éducation dans une perspective d’autogestion institutionnelle touche l’ensemble du vécu des étudiants et étudiantes.

En matière de frais de scolarité, le projet social de l’ASSÉ est sans équivoque la gratuité scolaire à tous les niveaux. Cette finalité est nécessaire dans la lutte au régime discriminatoire de l’endettement étudiant. Les frais de scolarité obstruent l’accès des personnes à faible revenu à l’enseignement postsecondaire, ce qui participe activement à la reproduction des classes sociales. Ainsi, notre projet de gratuité constitue une rupture radicale face à la vision idéologique instrumentale de l’étudiant ou l’étudiante comme capital humain. De manière opposée, la gratuité scolaire, telle que nous l’entendons, va bien au-delà du principe libéral de l’égalité des chances pour refléter que nous concevons l’éducation comme un projet politique de société.

Par ailleurs, le système d’éducation dont se sont dotés les Québécois et les Québécoises avait pour mission l’émancipation individuelle et collective, permise par la création d’espaces réflexifs et critiques face à la société et à son économie. C’est ce qui motive l’ASSÉ à dénoncer la tendance des dernières années à la marchandisation des institutions d’enseignement par les entreprises privées. Si celles-ci doivent contribuer au financement des établissements scolaires, ce doit être par le biais des impôts et non par des investissements directs qui subordonnent les activités d’éducation aux étroites finalités de la production capitaliste. C’est pour garantir une préséance du politique sur l’économie en matière d’éducation que nous exigeons que l’État en assume la pleine responsabilité.

Enfin, pour assurer la qualité de l’enseignement dispensé, un réinvestissement massif de fonds publics est absolument nécessaire. Les coupures budgétaires sauvages des années 1990 ont gravement mis à mal nos conditions d’études. Des cours et des programmes entiers ont été supprimés, le ratio d’étudiants et d’étudiantes par enseignant ou enseignante a considérablement augmenté, l’encadrement a quant à lui diminué, les bibliothèques se sont appauvries, les infrastructures sont déficientes. Le programme de prêts et bourses, générateur d’endettement étudiant, illustre bien la nécessité de ce réinvestissement massif devant aller au-delà de la simple réinjection de fonds.

Conformément à ses principes de solidarité syndicale, l’ASSÉ lutte aussi pour soutenir les mouvements sociaux actifs qui tentent de reconstruire une société démocratique au Québec et partout à travers le monde. C’est pourquoi l’ASSÉ s’oppose aussi à toute forme de mondialisation qui entérine la prédominance du profit sur le bien-être des sociétés.

Structure et fonctionnement

L’ASSÉ vit par la démocratie directe pour permettre un fonctionnement à la hauteur des principes que nous nous sommes fixés. Ce sont les assemblées générales locales qui amènent des propositions au congrès, instance suprême de l’ASSÉ rassemblant les délégué-e-s élu-e-s par chaque association locale.

Le congrès prend des décisions qui seront adoptées pour se concrétiser en actions, ou formule des propositions sur lesquelles devront se prononcer les assemblées générales des associations membres. À l’intérieur de l’ASSÉ, chaque association étudiante est souveraine. Les décisions prises par les délégué-e-s en congrès ne deviennent pas automatiquement les résolutions des associations locales ! Au contraire, l’ASSÉ encourage et aide les associations étudiantes à tenir des assemblées générales régulièrement afin que les membres entérinent directement ou non les décisions du Congrès. En ce sens, l’ASSÉ soutient une vie démocratique active dans les établissements membres.

Diverses instances intermédiaires existent à l’ASSÉ pour assurer le suivi et l’exécution des mandats du congrès. Les Conseils régionaux rassemblent les associations membres et non membres sur une base régionale afin de stimuler l’action locale concertée.

Les Comités (journal, mobilisation, formation, etc.), quant à eux, permettent à des personnes élues en congrès de faire avancer le discours, l’analyse et les actions de l’ASSÉ dans certains domaines plus particuliers, que ce soit au plan technique (Comité information, Comité à la recherche et aux affaires académiques) ou au plan thématique (Comité aux Relations internationales, Comité Femmes, etc.). En l’absence de congrès, les conseils régionaux et les comités se réunissent au sein du Conseil de coordination, instance décisionnelle permettant le suivi et la réalisation des mandats au quotidien. Finalement, le Conseil exécutif, élu par le congrès, s’assure de la coordination générale de la réalisation des mandats du congrès et assure un rôle de représentation de l’ASSÉ lors de divers événements et dans les instances pertinentes.

Il est donc possible de s’impliquer de diverses manières au sein de l’ASSÉ. Que ce soit au niveau local au sein de votre association étudiante membre, en participant à votre conseil régional ou en tant que collaborateur ou collaboratrice d’un comité, les occasions d’investir temps et énergie dans ce projet collectif qu’est l’ASSÉ ne manquent pas !

Site web de l’ASSÉ

Back To Top